Teleprovidence, la vitrine de l'astrologie francophone. Rejoignez -nous en envoyant vos vidéos à teleprovidence@yahoo.fr
"Désormais, vous pouvez profiter de nos vidéos sur you tube en demandant simplement "teleprovidence"ou "Halbronn". Si certaines vidéos en venaient à manquer sur notre site, elles seront sur You Tube" TELEPROVIDENCE LE MEILLEUR GUIDE ASTROLOGIQUE

samedi 25 juin 2016

 L'abus toponymique  en  astrologie. Dénonciation du symbolisme
A  Serge Bret-Morel, astrosceptique

par  Jacques  Halbronn
Le terme quelque peu barbare de "métalangage"   s'inscrit  dans un  processus de description. En pratique, nous sommes bien obligés de donner un nom aux objets, aux personnes. Mais Est-ce à dire que de telles appellations soient significatives? On sait qu'il y a  des dictionnaires des prénoms, des atlas, des encyclopédies, des dictionnaires qui nous permettent de savoir à quoi tel mot renvoie. Mais le plus souvent,  nous n'épiloguons pas sur  le fait que ceci ou cela "porte" tel ou tel nom. Nous savons qu'il faut bien trouver un moyen de désigner un lieu par exemple, on use  ainsi de  la  toponymie.
Or quel usage les astrologues font-ils de cette toponymie qui vient  "enchanter" notre monde du fait de ses expressions souvent bien pittoresques?  Serait-il indifférent de naitre sous  tel signe? Les astronomes vous répondront que ce n'est jamais qu'une façon de baptiser une certaine région du ciel et que l'on aurait pu aussi bien agencer l'ordre des signes zodiacaux autrement. Quant aux noms des planétes, les astronomes auront certainement la même réponse: il fallait bien leur donner des noms à tous ces astres!
Les astrologues ne semblent pas être de cet avis et c'est bien là que le fossé se creuse entre deux corporations autrefois plus liées et recourant pourtant  à un même langage, aux mêmes "glyphes" (ou symboles,  comme ceux que l'on trouve dans les éphémérides)
Récemment, nous avons interpellé les astrologues sidéralistes en leur disant que le débat qui les passionne est somme toute bien secondaire puisqu'il reléve de la toponymie et qu'une toponymie en vaut une autre. Est- ce cela "croire en l'astrologie" que d'être persuadé que le nom des astres, des constellations/signes  a quelque chose à nous dire? si c'esr le cas, pour notre par, nous ne croyons pas à l'astrologie? Mais ajoutons immédiatement que pour nous l'astrologie ne se réduit pas à une telle toponymie, à un tel "métalangage", qui n'a rien de scientifique même quand il est  usité par les  astronomes.
Kepler-il y a 400 ans -  qui était à la fois astrologue et astronome (cf l'ouvrage paru chez Gaillimard sous ce titre, en  1979) avait pris ses distances avec cette toponymie céleste, cette uranographie faisant pendant à notre géographie, sur terre.
Ne voilà donc pas nos astrologues sidéralistes se metre en tête de protéger le public contre la terrible erreur qui consisterait à se tromper au regard de la toponymie, les gens croyant être nés "sous "  tel signe alors qu'en vérité ils l'auraient été sous tel autre! C'est dire toute l'importance que cette "école" (de Dorsan à Bouriche, de Labouré à Marie  Delclos,  de Barbara  La Motte Saint Pierre à Cyrile Fagan) accorde aux noms des signes du zodiaque,  à l'instar du public des média avec lequel il se solidarise en vue de le déniaiser!
Quant aux planétes, c'est le même scénario:  il est hors de question de supposer un instant que les noms attribués aux astres soient dénuées de toute satisfaction et cela vaut aussi bien pour les dénominations anciennes que pour les modernes, que l'on doit à l'amabilité sinon à la complaisance des astronomes, pratiquant une toponymie qui tant qu'à faire prolonge la liste déjà établie de longue date en puisant dans les mythologies. Ce qui fait les choux gras des astrologues lesquels s'imaginent que ce faisant, ils rentreront en grâce auprès des astronomes en affichant ainsi tout le respect qu'ils doivent à cette corporation. N'en font-ils pas de facto des pour le moins des poétes sinon des prophétes inspirés? Et là encore, les astrologues font preuve d'un certain fétichisme à l'endroit des "trouvailles" des astronomes au point de leur suggérer pour l'avenir les noms de Proserpine et de Vulcain - à l'instar d'un Jean Carteret, dans les années Soixante, pour les "transplutoniennes" (Proserpine étant l'épouse de Pluton, découverte et baptisée  en 1930).
Mais le probléme de la tioponymie ne se limite pas au recyclage de noms de mois de l'année, désignés par leur activiité saisonniere qui leur correspond- ce qui aura conduit aux 12 signes zodiacaux, calqués sur les 12 mois de l'année.  Le nombre 12 sera ainsi entré en astrologie, puisque les astronomes y recourent, puisqu'ils ont trouvé commode de diviser l'écliptique en 12 secteurs (et par ailleurs  les heures de la journée (cf. les 12 chiffres de nos cadrans)  pour en faire des "maisons astrologiques" Un Jean-Pierre Nicola s'est laissé prendre au piége du 12 tout en évacuant la toponymie planétéro-zodiacale. Son Zodiaque "réflexoligique" reste structuré en 12 tout comme il aura tenu à inclure les 3 trranssaturniennes dans l'un des trois groupes de planétes formant le RET, à savoir le groupe T (pour transcendance).
On nous objectera que l'on jette ainsi -selon la formule chère à Kepler- le bébé avec l'eau du bain en  faisant passer par dessus bord ce "riche" matériau symbolique,  aux couleurs de la mythologie et du bestiaire. Mais Kepler (qui ignorait évidemment  son temps les transsaturnniennes)  ne le pensait car il avait compris que l'astrologie  n'avait nullement besoin d'un tel équipement  pour fonctionner. Les aspects planétaires lui suffisaient si ce n'est qu'il crut bon d'en ajouter quelques uns ( désignés généralement comme "mineurs" )
Citons Richard Pellard,  un disciple de Nicola:
" Les Aspects kepleriens
Les Aspects majeurs consonants (sextile, trigone), dissonants (carré, opposition) ou neutres (conjonction) et les mineurs consonants (semi-sextile) ou dissonants (semi-carré) appartiennent à la même famille harmonique ; ce n’est pas le cas de deux autres Aspects mineurs, le sesqui-carré et le quinconce. C’est pour cette raison que l’astrologie les rejette. En revanche, les Aspects dit "kepleriens" : le décil (36°), le quintil (72°) et le bi-quintil (144°), pourraient bien avoir une subtile influence."
On notera, en passant, que dans le dispositif des doubles domiciles (cf la Tétrabible de Ptolémée), les deux domiciles de Saturne correspondent au semi-sextile et ceux de Vénus et de Mars au quinconce (Taureau-balance, Bélier-scorpion) mais il est vrai que Nicola n'a pas retenu dans son astrologie  un tel agencement.
En conclusion, nous dirons qu'il n'y a aucune raison pour diviser en astrologie le parcours d'une planéte en 12 secteurs, que c'est bien trop lourd, et encore moins d'accorder quelque  signification à la toponymie zodiacale.
Il reste un chantier à exploiter en ce qui concerne les aspects : nécessité de mieux définir le cadre de la cyclicité qui nous apparait comme le cœur même de l'Astrologie. Nous pensons pour notre part indispensable de tenir compte des aspects entre planétes  et étoiles fixes. En fait, nous considérons que la raison d'être des aspects- ce que n'avait pas compris Kepler- est la connexion  entre ces deux types de corps célestes. Certes, les étoiles fixes n'appartiennent-elles pas à notre systéme solaire et c'est pourquoi, entre autres, Ncola ne les a  pas retenus. Mais cela ne nous semble pas un argument pas plus d'ailleurs que de se servir d'office de toutes les planétes du systéme solaire, d'ailleurs. Du point de vue de la Terre,  ce qui compte ce sont les signaux visibles et  sans avoir besoin de lunettes ou de télescopes, les Anciens étaient parfaitement en mesure de connaitre les aspects entre planétes et étoiles.  D'ailleurs, l'astrologe semble être née de cette dualité entre ces deux types d'étoiles, les fixes et les mobiles (le mot planéte signifiant "errant" et étant un adjectif et non pas un nom)
L'astrologie du XXIe siècle se doit de se délester de toute cette double  toponymie symbolique (zodiaque/planétes), aussi attractive soit-elle.  ainsi que du cadre à base 12 pour adopter un cadre plus léger en rapport avec le Yin Yang.  Les aspects  sont perçus de façon assez manichéenne en "bon" et "mauvais", harmoniques et dissonants.  Le présent article n'entend pas exposer nos idées à ce sujet (cf nos articles sur le site "nofim" ou en passant par Google) mais nous pensons qu'il s'agit là d'un chantier capital et qui devrait  primer sur tous les autres.




JHB
23 06 16
Enregistrer un commentaire

Grande Conjonction & AsterCenter

Si teleprovidence.com est le guide de ceux qui cherchent à s'orienter dans le monde des astrologues, grande-conjonction.org avec ses 26 numéros en ligne, à ce jour, est le guide des astrologues à la recherche d'un nouveau visage et d'un nouvel usage de l'astrologie. sous l'égide du Conseil Supérieur de l'Astrologie francophone.(CSAF)
Vous trouverez également sur "AsterCenter"
(site italien animé par Fernanda Nosenzodes) dans la rubrique "articoli internazionali" des textes et réfléxions qui commentent régulièrement les films diffusés sur TeleProvidence et TeleProvidenceHebdo.

Prévisions boursières pour l'année 2010 par Vincent Godbout.

Commentaires généraux et explications en français :
http://hirsig.ca/extra/ExplicF_Godbout.pdf

General comments and explanations in English :
http://hirsig.ca/extra/ExplanE_Godbout.pdf

Les valeurs prédites et les valeurs observées du SP500 de janvier à juin 2010.
The model with forecasts compared to actual SP500 scores from January to June 2010:
http://hirsig.ca/extra/Model2010A_Godbout.pdf

Les valeurs prédites du SP500 de juillet à décembre 2010.
The model with forecasts only from July to December 2010:
http://hirsig.ca/extra/Model2010B_Godbout.pdf

All rights reserved - Tous droits réservés © Ed. La Grande Conjonction, Paris 2008.
Contact: Jacques Halbronn, 8 rue de la Providence, 75013 Paris, France

JACQUES HALBRONN : APPRENDRE A PENSER “SOLEIL – LUNE

Les hommes viennent de la lune et les femmes du soleil……..

Jacques Halbronn nous invite à repenser notre représentation du soleil et de la lune à commencer par le réseau des correspondances associées à cette double matrice. ...
Lire l'article en ligne sur EDITIONS ERIC LE NOUVEL
Commentaires sur le livre : ICI

L'ouvrage majeur sur l'histoire des Centuries de Nostradamus
A télécharger:
Jacques Halbronn. Le dominicain Giffré de Rechac ( 1604-1660) et la naissance de la critique nostradamique au XVIIe siècle
LIEN pour télécharger le livre >>> www.propheties.it

Traitement des coordonnées personnelles:

Notre politique de fichiers par rapport à la CNIL : nous ne fournissons les coordonnées que des personnes ayant fait l’objet d’une vidéo réalisée par nos soins, lors d’un entretien, d’une table ronde, d’un colloque. Le fait d’accepter d’être filmé par notre équipe, soit individuellement, soit collectivement, constitue un accord pour la mise en ligne sur nos supports. Il convient de distinguer les personnes filmées qui sont présentes en tant que professionnelles sur Internet en dehors de nos chaînes et qui attendent de nos services un apport à leur communication et celles qui assistent à nos activités à titre privé et qui peuvent vouloir garder l’anonymat. Cela dit, toute personne souhaitant que certaines informations la concernant ne figurent plus ou soient modifiées ou complétées peut nous en faire la demande à teleprovidence@yahoo.fr. Les personnes souhaitant que des informations les concernant paraissent doivent obligatoirement participer, ne serait-ce que ponctuellement, à nos activités qui s'étendent, sans aucune exclusive, à tout le monde francophone. Nos enregistrements publics sont régulièrement annoncés dans l'Agenda de la Vie Astrologique..

LE Nouvel Ordre Astrologique (NOA) par Jacques HalBronn

Le NOA met en place une certaine hiérarchie, une stratification, une série de phases allant du un au multiple, de l'essentiel au contingent, du permanent au passager... LIRE LA SUITE

Les textes de Jacques Halbronn

Pour découvrir les textes de Jacques Halbronn sur divers supports Internet, aller sur: http://demos.labs.exalead.com/constellations/

Communiqué:


Désormais, Teleprovidence s'ouvre à des contributions vidéo extérieures; nous sommes disposés à mettre en ligne et monter des cassettes mini DV que nous n'aurons pas réalisées. Par conséquent, quand des manifestations astrologiques sont organisées, il est conseillé de les filmer et de nous faire parvenir le travail effectué. Il en est de même pour d'anciennes archives filmées sur divers supports.

Communiqué


Le fait de passer sur notre chaine dans le cadre d'"un enregistrement n'est fonction du versement d'aucune adhésion ni d'aucune participation aux frais. Mais vous pouvez bien entendu nous faire des dons à l'ordre de La Vie Astrologique, 8, rue de la Providence; 75013 Paris. France. Pour convenir d'un rendez-vous sur Paris ou en province, tel 06 60 75 52 48 ou par mail teleprovidence@yahoo.fr


Nous espérons que vous aurez du plaisir à venir et revenir sur ce site. Pour toute information ou commentaire ayez la bonté de nous contacter directement (par email). Et vous pouvez aussi nous envoyer vos propres vidéos ou documents (contactez le webmaster)...