Teleprovidence, la vitrine de l'astrologie francophone. Rejoignez -nous en envoyant vos vidéos à teleprovidence@yahoo.fr
"Désormais, vous pouvez profiter de nos vidéos sur you tube en demandant simplement "teleprovidence"ou "Halbronn". Si certaines vidéos en venaient à manquer sur notre site, elles seront sur You Tube" TELEPROVIDENCE LE MEILLEUR GUIDE ASTROLOGIQUE

mardi 21 juin 2016

Jacques Halbronn Réflexions sur l'astrologie "sidéraliste": signes, constellations, étoile?

Réflexions sur l'astrologie "sidéraliste": signes, constellations, étoiles?
par Jacques  Halbronn

Nos relations avec les tenants de l'astrologie sidéraliste ne datent pas d'hier. En 1986, nous avions fait précéder L'Etrange Histoire de l'Astrologie (avec Serge Hutin), Ed. Artefact d'une "préface" adressée à Marie Delclos (mais sans donner son nom). A l'époque (fin des années 80)  nous fréquentions le groupe animé à Bruxelles par Jacques Delescaut et que fréquentait aussi Robert Amadou. Mais dix ans plus tôt, nous accueillions Jacques Dorsan dans nos congrès. En 1976, nous avions fait un voyage en Inde, à l'invitation du Chandrasekhar Thakkur ( de Bombay), médecin ayurvédique, au cours duquel nous avions rencontré B. V. Raman. A notre retour d'Inde, nous nous atelâmes à la traduction, depuis l'anglais, de la Brihat Jataka de Varahamihra - nous ramenions à Paris tout un lot de livres d'astrologie.  Elle aurait du paraitre dans la collection Bbliiotheca Hermetica dirigée par René Alleau, à la suite de mes deux  ouvrages sur Morin de Villefranche et Abraham Ibn Ezra, mais la collection fut arrêtée en 1978 et ne put reprendre. Par la suite, nous fréquentâmes  Marc Daniel et Barbara de La Motte Saint Pierre qui étaient adeptes en France de l'astrologie "hindoue".(cf nos entretiens sur teleprovidence)
Par ailleurs, nous avions en 1991,  filmé près de Vichy (Allier)  Raoul Mélo (cf la vidéo sur Teleprovidence), qui avait formé Denis Labouré. En 1979, nous avions publié un collectif intitulé "Aquarius ou la Nouvelle Ere du Verseau" (Ed Albatros-Autre Monde). à la suite d'un colloque important qui s"était tenu en 1977, alors que nous n'avions pas encore 30 ans.
Mais il fallut attendre l'aube du XXIe siècle pour que nous nous intéressions, au niveau de nos recherches cyclologiques, les 4 étoiles fixes royales, Aldébaran, Regulus, Antarés, et Fomalhaut, même si nous les avions placées dans notre thème dès la fin des années soixante, découvrant ainsi que nous avions une triple conjonctiion Soleil-Jupiter-Antarés (quadruple si l'on ajoute le Milieu du Ciel mais notre heure de naissance est controversée avec un battement d'une heure).
Il importe selon nous de distinguer très nettement entre une astrologie articulée sur les étoiles fixes qui se situent aux quatre coins du Zodiaque et ce que l'on nomme communément "astrologie sidéraliste"
Pour nous, l'astrologie mondiale  est fondée sur les "aspects" entre planétes et étoiles fixes et singulièrement les "royales". C'est dire que la question des signes zodiacaux nous est assez indifférente dans notre pratique, même si elle retient toute notre attention en tant qu'historien de l'astrologie.
Récemment un triptyque consacré à une défense et illustration de l'Astrologie Sidéraliste a été produit par Patrice Bouriche (L'Histoire secréte de l'Astrologie, 2014-2015-2016) avec en sous titre "Révélations sur l'imposture du zodiaque des saisons. Ce chercheur  a une formation universitaire (Université de Reims)  et a contribué, dix ans plutôt, à des travaux  académiques. Il a enseigne l'Histoire-Géo  dans les Ardennes. C'est donc une recrue de choix pour la "communauté astrologique". Il est né en 1977 et il a donc actuellement une quarantaine d'années. Il se  présente actuellement comme "formateur-consultant en astrologie" et "spécialiste de l'astrologie mondiale" Sur la quatriéme de couverture de ses trois tomes, il est indiqué "surtout reconnu pour ses travaux démontrant les incohérences du zodiaque tropical (saisonnier) par rapport au zodiaque sidéral (stellaire) des origines".
Ce n'est évidemment pas la première fois(!) que nous entendons  l'argument du décalage des signes. Bouriche nous parle d'une "cohérence perdue" du fait de la précession des équinoxes, d'un zodiaque "hérétique" des "saisonologues" et explique ainsi l'échec des statistiques professionnelles axées sur les signes, n'accordant que peu de poids aux résultats Gauquelin qui ne retiennent pas les catégories zodiacales.
Le  probléme des publications de Patrice Bouriche, c'est que le débat ne se situe plus  là où il croit devoir le situer. D'abord parce qu'André Barbault qu"'il taxe de "tropicaliste"  a dès les années 50 pris ses distances avec le symbolisme zodiacal,- même s'il a publié des textes à ce sujet aux Ed. du Seuil)  qu'il s'agisse des ses travaux sur le cycle Saturne-Neptune ou sur l'indice cyclique. L'astrologie française  -et Gauquelin va dans le même sens- n'aura cessé depuis un demi siècle de s'émanciper du Zodiaque et notamment en mondiale. On sait par ailleurs que les dispositifs des domiciles des planétes, les triplicités et les quadruplicités ne tiennent  guère compte d'un tel symbolisme auquel on substitue des structures géométriques.
Bouriche, apparemment, appartient à une génération plus tardive, qui correspond à un retour en grâce du Zodiaque et il est vrai qu'actuellement on nous parle de l'entrée de telle planéte lente dans tel signe. Dont acte. Mais  il s"'agit là d'une régression épistémologique alors qu'une telle problématique était bel et bien dépassée. Il est important pour un chercheur de bien définir son créneau et de ne pas s'engager dans une voie de garage.  Quant à nous, zodiaque tropical ou zodiaque sidéral c'est bonnet blanc et bonnet blanc d'autant que ce symbolisme de toute façon, quelle que soit l'école, est d'une lourdeur effarante et découpe en 12 tonalités ce qui se joue en réalité sur une base binaire.
Mais revenons au débat historique.  I est clair que c'est sous l'influence du calendrier et des 12 mois -découpés par les rapports entre les luminaires de mois en mois- que la course des planétes a été ainsi découpée. Tel est le syncrétisme qui est à la source des 12 signes. Maintenant,  quant à déterminer si l'on découpe selon tel ou tel critère, c'est vraiment une affaire tout à fait secondaire et qui est interne à  l'astrologie du 12. Que ces astrologues se déchirent entre eux, c'est bien le cadet de nos soucis!  En tout état de cause, parler de zodiaque "sidéraliste" nous semble quelque peu abusif car il s'agit simplement de fixer le "point vernal", selon tel ou tel critère. Autrement dit, cette astrologie sidéraliste n'a que faire des constellations et ce n'est pas le changement de point vernal qui suffit à relier- comme le prétend Bouriche,  l'astrologie aux constellations lesquelles ne sont d'ailleurs pas toutes de la même taille! Quant au contenu symbolique, il est issu au départ, mais après  bien des vicissitudes, de la description des 4 saisons au prisme d'une division en 12: trois signes pour telle saison, trois signes pour telle autre. Autrement dit, quand M. Bouriche s'en prend aux saisonologues, il se tire une balle dans le pied puisque le symbolisme zodiacal, en tout état de cause, vient des saisons!  Encore faudrait-il bien connaitre le dossier iconographique et ne pas croire que le symbolisme zodiacal serait sui generis.  Il est vrai que certains auteurs  nient à la fois la dimension saisonnière de ce symbolisme et l'origine mensuelle des 12 signes!
Mais quid de ce point origine  revendiqué par les astrologues sidéralistes? Ce qui est un comble, c'est  que l'ayanamsa permet de le calculer à partir du point vernal des tropicalistes.  Car quelle est cette fameuse étoile qui serait le point de départ du zodiaque sidéraliste? Puisque le critère saisonnier n'aurait pas été décisif, selon M. Bouriche, puisque les significations des signes n'auraient rien à voir avec la vie des sociétés tout au long de l'année, au prisme des 4 saisons, que l'on nous dise selon quel critère  tel point du ciel aurait servi à ancrer le dit Zodiaque?  Raisonnablement, il aurait fallu que ce fût une étoile fixe remarquable, particulièrement brillante, comme l'une des 4 étoiles fixes royales et c'est précisément ce que nous pensons mais dans ce cas, que l'on abandonne carrément le symbolisme zodiacal, ce que nous avons fait! Il semble que M. Bouriche ne comprenne pas qu'il faut faire un choix! Un  vrai sidéraliste peut fort bien se passer des 12 signes issus répétons le des saisons.
On imagine M. Bouriche  répliquer que le symbolisme zodiacal n'a rien à voir avec les saisons mais c"est là une thèse totalement irrecevable si ce n'est pour les signes fixes, qui appartiennent à une autre tradition, que l'on retrouve dans l'Ancien Testament et dans la symboiique des 4 Evangélistes  laquelle réapparait dans le Tarot avac l'arcane Le Monde. Et comme par hasard, ce sont ces 4 constellations qui correspondent aux étoiles fixes royales. En effet, on est là en face d'un premier "zodiaque"  à base 4 qui aura été recouvert par le zodiaque saisonnier à base 12.
Concluons pour l'heure: la cause de tous les problèmes que rencontre l'astrologie serait due, selon M. Bouriche, à ce malheureux décalage. En réalité, il y a bien d'autres dossiers  à traiter comme celuii des significations des 12 maisons astrologiques. Nous avons montré que la Tétrabible de Ptolémée- en ses livres III et IV,  prônait l'érection de deux thèmes, l'un pour la conception, l'autre pour la naissance. et que par la suite on avait combiné les deux thèmes en un seul, traitant ainsi de questions qui ne faisaient sens qu'avant la naissance car à quoi bon décrire ce que sera l'apparence d'un enfant une fois qu'on l'a sous les  yeux!  Il est indubitable qu'une réforme de l'astrologie est nécessaire mais elle passe par la prise en compte des étoiles fixes en astrologie mondiale, ce qui ne semble pas être le cas des travaux de P. Bouriche, lequel se dit sidéraliste! L'astrologie est née de la découverte du différentiel entre planétes (étoiles errantes) et étoiles (fixes) et c'est la combinatoire de ces deux types d'astres qui est le fondement de tout le processus astrologique. La notion même de cycle est directement liée aus aspects entre planétes et étoiles, ce que n'avaient pas compris les frères Barbault (Armand et André).. Et puis, évidemment, et l'on voit que M. Bouriche est en retard de plus d'un train, la grande question est de savoir s'il faut impérativement recourir aux planétes inconnues de l'Antiquité,ce à quoi se refusent les astrologues de l'Inde auxquels  cet auteur rend hommage. Bien plus,  faut-il même se charger du symbolisme mythologique des planétes? Barbault avait compris que l'on pouvait fort bien s'en passer. La mythologie se sera surajoutée à l'astrologie des origines tout comme le cycle saisonnier se sera  greffé sur le zodiaque initial à base 4. Pour notre part, nous pensons que l'astrologie peut très bien se contenter d'une seule et unique planéte, Saturne, générant des périodes de 7 ans, du fait des 4 étoiles fixes royales/
Et  le débat va encore plus loin de nos jours puisque l'on se demande désormais si l'astrologie' n'est pas avant tout liée au fonctionnement des femmes, lesquelles dépendent on le sait d'un cycle mensuel (menstruation alors que les hommes  ne seraient imprégnés par les cycles cosmiques que par le biais des femmes.   Chaque cycle de 7 ans se divise en 2 temps: l'un qui voit la domination des femmes et l'autre qui suspend - du fait de la conjonction assimilée à une éclipse- celle-ci, ce qui permet à l'Humanité de se dégager périodiquement du carcan mécanique du cosmos. M. Bouriche nous objectera qu'il n'y a pas de "raison" pour que toutes les planétes n'agissent pas sur nous  mais  il convient de ne pas laisser croire que l'astrologie est à la solde de l'astronomie. Elle en prend ce qui lui semble utile. NI plus ni moins.
Il y a donc quelque chose de décalé dans la  récente production de Pascal Bouriche. Il se pose des questions qui pouvaient être intéressantes au moment de sa naissance mais qui sont désormais bien obsolètes du moins en termes de recherche. Sur le plan historique, il aura certes accompli un travail méritoire mais il ne sera pas remonté assez  haut dans le temps si bien qu'il nous présente comme astrologie des origines -pratiquée par une certaine "élite" selon la formule de Bouriche-  ce qui est déjà une astrologie déjà bien  tardive.
Quant  la question des ères précessionnelles,  à la suite de Rudhyar, il apparait que la méthode la plus heureuse ne soit plus de considérer le passage du point vernal dans telle ou telle constellations mais celui d'une des étoiles fixes royales dans un des 12 signes en systéme tropicaliste. Bouriche lui-même signale le passage de Regulus dans un nouveau signe, passant du lion à la vierge. L'on observe ainsi que le rapport des étoiles avec le zodiaque tropique est plus intéressant que ne l'est le zodiaque des constellations. Que vaut donc cet argument déjà utilisé au XVIIe siècle) que ressort Bouriche: en 2015  "En raison de la précession des équinoxes, les signes astrologiques tels qu'on les connait ne correspondent plus en effet aux constellations du même nom, de sorte que les personnes nées par exemple entre le 21 mars et le 14 avril ne sont pas Bélier mais bien Poissons"? Il est certes possible qu'à un certain moment, les constellations aient pu sembler correspondre au cycle saisonnier mais c'était là une erreur et à quoi bon la perpétuer?


.













JHB
20 06 16
Enregistrer un commentaire

Grande Conjonction & AsterCenter

Si teleprovidence.com est le guide de ceux qui cherchent à s'orienter dans le monde des astrologues, grande-conjonction.org avec ses 26 numéros en ligne, à ce jour, est le guide des astrologues à la recherche d'un nouveau visage et d'un nouvel usage de l'astrologie. sous l'égide du Conseil Supérieur de l'Astrologie francophone.(CSAF)
Vous trouverez également sur "AsterCenter"
(site italien animé par Fernanda Nosenzodes) dans la rubrique "articoli internazionali" des textes et réfléxions qui commentent régulièrement les films diffusés sur TeleProvidence et TeleProvidenceHebdo.

Prévisions boursières pour l'année 2010 par Vincent Godbout.

Commentaires généraux et explications en français :
http://hirsig.ca/extra/ExplicF_Godbout.pdf

General comments and explanations in English :
http://hirsig.ca/extra/ExplanE_Godbout.pdf

Les valeurs prédites et les valeurs observées du SP500 de janvier à juin 2010.
The model with forecasts compared to actual SP500 scores from January to June 2010:
http://hirsig.ca/extra/Model2010A_Godbout.pdf

Les valeurs prédites du SP500 de juillet à décembre 2010.
The model with forecasts only from July to December 2010:
http://hirsig.ca/extra/Model2010B_Godbout.pdf

All rights reserved - Tous droits réservés © Ed. La Grande Conjonction, Paris 2008.
Contact: Jacques Halbronn, 8 rue de la Providence, 75013 Paris, France

JACQUES HALBRONN : APPRENDRE A PENSER “SOLEIL – LUNE

Les hommes viennent de la lune et les femmes du soleil……..

Jacques Halbronn nous invite à repenser notre représentation du soleil et de la lune à commencer par le réseau des correspondances associées à cette double matrice. ...
Lire l'article en ligne sur EDITIONS ERIC LE NOUVEL
Commentaires sur le livre : ICI

L'ouvrage majeur sur l'histoire des Centuries de Nostradamus
A télécharger:
Jacques Halbronn. Le dominicain Giffré de Rechac ( 1604-1660) et la naissance de la critique nostradamique au XVIIe siècle
LIEN pour télécharger le livre >>> www.propheties.it

Traitement des coordonnées personnelles:

Notre politique de fichiers par rapport à la CNIL : nous ne fournissons les coordonnées que des personnes ayant fait l’objet d’une vidéo réalisée par nos soins, lors d’un entretien, d’une table ronde, d’un colloque. Le fait d’accepter d’être filmé par notre équipe, soit individuellement, soit collectivement, constitue un accord pour la mise en ligne sur nos supports. Il convient de distinguer les personnes filmées qui sont présentes en tant que professionnelles sur Internet en dehors de nos chaînes et qui attendent de nos services un apport à leur communication et celles qui assistent à nos activités à titre privé et qui peuvent vouloir garder l’anonymat. Cela dit, toute personne souhaitant que certaines informations la concernant ne figurent plus ou soient modifiées ou complétées peut nous en faire la demande à teleprovidence@yahoo.fr. Les personnes souhaitant que des informations les concernant paraissent doivent obligatoirement participer, ne serait-ce que ponctuellement, à nos activités qui s'étendent, sans aucune exclusive, à tout le monde francophone. Nos enregistrements publics sont régulièrement annoncés dans l'Agenda de la Vie Astrologique..

LE Nouvel Ordre Astrologique (NOA) par Jacques HalBronn

Le NOA met en place une certaine hiérarchie, une stratification, une série de phases allant du un au multiple, de l'essentiel au contingent, du permanent au passager... LIRE LA SUITE

Les textes de Jacques Halbronn

Pour découvrir les textes de Jacques Halbronn sur divers supports Internet, aller sur: http://demos.labs.exalead.com/constellations/

Communiqué:


Désormais, Teleprovidence s'ouvre à des contributions vidéo extérieures; nous sommes disposés à mettre en ligne et monter des cassettes mini DV que nous n'aurons pas réalisées. Par conséquent, quand des manifestations astrologiques sont organisées, il est conseillé de les filmer et de nous faire parvenir le travail effectué. Il en est de même pour d'anciennes archives filmées sur divers supports.

Communiqué


Le fait de passer sur notre chaine dans le cadre d'"un enregistrement n'est fonction du versement d'aucune adhésion ni d'aucune participation aux frais. Mais vous pouvez bien entendu nous faire des dons à l'ordre de La Vie Astrologique, 8, rue de la Providence; 75013 Paris. France. Pour convenir d'un rendez-vous sur Paris ou en province, tel 06 60 75 52 48 ou par mail teleprovidence@yahoo.fr


Nous espérons que vous aurez du plaisir à venir et revenir sur ce site. Pour toute information ou commentaire ayez la bonté de nous contacter directement (par email). Et vous pouvez aussi nous envoyer vos propres vidéos ou documents (contactez le webmaster)...