Teleprovidence, la vitrine de l'astrologie francophone. Rejoignez -nous en envoyant vos vidéos à teleprovidence@yahoo.fr
"Désormais, vous pouvez profiter de nos vidéos sur you tube en demandant simplement "teleprovidence"ou "Halbronn". Si certaines vidéos en venaient à manquer sur notre site, elles seront sur You Tube" TELEPROVIDENCE LE MEILLEUR GUIDE ASTROLOGIQUE

mercredi 7 décembre 2016

Jacques Halbronn Le basculement de la politique juive de l'Allemagne nazie au prisme de l'astrologie









Le basculement de la politique juive de l'Allemagne nazie au prisme de l'astrologie
par  Jacques  Halbronn

Nous emploierons ici les termes de fascisme et d’antifascisme dans un sens très large qui va probablement  au delà des usages en vigueur mais il nous a semblé que c’était la meilleure façon -du moins   jusqu’à nouvel ordre, de nous faire bien comprendre. Le climat politique actuel nous conduit à proposer une telle grille de lecture.
Le terme fascisme indique historiquement que l’on met l’accent sur l’unité, – c’est le faisceau  des licteurs – sur le fait que le peuple et son chef ne feraient qu’un et combien de fois, ces derniers temps, aura-t-on entendu asséner ce besoin d’unité, que l’on a pu qualifier de populisme, ce qui revient à peu près au même tout comme le terme totalitarisme (cela fait un « tout » d’un seul tenant)
Selon nos travaux en cyclologie, on qualifiera la conjonction de Saturne avec l’une ou l’autre des 4 étoiles fixes royales (Aldébaran Regulus, Antarés, Fomalhaut) de « fascisante », ce qui convient fort bien à l’idée même de conjonction, lorsque l’astre mobile se rapproche et finit par rencontrer l’astre fixe pour commencer ensuite à s’en éloigner progressivement. Inversement, ,nous appellerons phase antifasciste le processus de séparation entre les deux facteurs, la planéte et l’étoile, ce qui correspond à un aspect d’opposition sur la base d’un cercle complet et à un aspect de semi-carré lorsque le cercle est découpé en 4 (quadrature du cercle) du fait des 4 conjonctions (180/4 = 45°)
C’est ainsi que cette fameuse date de 1989 qui a vu la chute d’un certain nombre de leaders des démocraties « populaires » ou des républiques « démocratiques » (comme la RDA) correspond à un moment antifasciste tout comme le printemps arabe de la fin 2010 et de 2011. Mais cela vaut aussi  pour mai 68. En fait, ce moment antifasciste a lieu en gros tous les sept ans avec une orbe d’un an (avant et après)  et l’élection de François Hollande au printemps 2012 est contemporaine à nos yeux, toutes proportions gardées, du dit printemps arabe, en cela qu’elle s’explique avant tout par un rejet du personnage Nicolas Sarkozy.
La séparation  des deux astres, le mobile s’éloignant évidemment du fixe, peut être qualifiée de relâchement, comme un étau qui se desserrerait, comme si la conjonction  antérieure avait  contraint  les sociétés- de par le monde –  à se conformer à  un processus unitaire. Cela ne signifie pas qu’elles en profitent toutes pour exfiltrer  leurs leaders respectifs mais elles en ont en tout cas l’opportunité et en tout cas, cela peut se produire sous les latitudes les plus diverses sur notre Terre, car nous ne pensons pas que l’astrologie permettre de localiser quoi que ce soit en focalisant sur telle ou telle région du monde. Si l’on engage une étude sur telle région,; ce sera parce que cela nous semblera  une probabilité au vu des données extra-astrologiques dont on dispose.
Le rôle de l’astrologue est de prévoir avant que les choses aient pris une nouvelle tournure, ni trop tôt, ni trop tard, à point nommé. Cela signifie prévoir un retour des tendances fascisantes avant que cela ne devienne évident pour tout le monde ou au contraire d’annoncer l’implosion de certaines structures « totalitaires » avant que cela ne devienne absolument manifeste.
Bien entendu, il sera loisible de suivre l’évolution politique d’une situation donnée, ce qui constitue un outil précieux et qui leur manquait  pour les biographes.
Le recours aux éphémérides, on l’aura compris, s’avère ici assez minimal puisque les positions des étoiles fixes sont stables et donc connues une fois pour toutes et puisque Saturne -selon l’astrologie alpha-oméga- met environ 7 ans pour passer d’une conjonction à la suivante, ce qui fait que chacune des deux phases  ne saurait durer au delà de 3 ans et demi (7/2). Tout cela se calcule aisément de tête  si ce n’est que l’on finit par tout mémoriser sans recourir au moindre document.
On appréciera tout l’avantage qu’il peut y avoir à utiliser une grille d’une aussi grande économie de conception mais aussi d’interprétation. Les astrologues ont en effet tendance à préférer des modéles beaucoup plus « chargés ».
En vérité, nous pensons avoir ainsi déterminé l’axe principal de la recherche astrologique en mondiale car, au bout du compte, les enjeux politiques ne tournent-ils pas autour d’une telle problématique d’unité ou de séparation?
Etoffons un peu plus nos définitions
En phase alpha, l’attraction sociale est majeure et l’on est dans un déni des différences, on prône une synergie entre les humains mais aussi entre les humains et les animaux, les machines. Tout cela ne ferait plus qu’un et serait aspiré dans un énorme creuset (melting pot). Tout doit être intégré, assimilé, ne faire plus qu’un.  Or, un tel phénoméne est désormais parfaitement prévisible. Bien évidemment, plus la prévision sera à long terme, plus elle restera dans le vague car il importe d’appliquer notre grille à  tel ou tel terrain, pour un instant T  et ce sont là des données qui viennent compléter ce qui est d’ordre astrologique.
En phase oméga, l’attraction sociale s’atténue peu à peu et les différences ressortent de plus en plus au point que l’affirmation unitaire est ressentie comme une imposture, un mensonge. Les yeux se décillent et le principe de réalité l’emporte de plus en plus sur les chimères utopiques si ce n’est que la conjonction  génére elle même aussi  une certaine réalité du fait même de la négation et de ses effets.  Le  fait  de reconnaitre les différences au sein d’une société, ne signifie nullement  leur rejet; mais conduit à une certaine volonté de ne pas tout mélanger, tout confondre, en ne cherchant pas à unifier ce qui ne peut l’être raisonnablement.
La phase alpha  fonctionne verticalement,  hiérarchiquement,  de haut en bas  alors que la phase oméga  tend à  s’étendre spatialement, produisant ainsi des juxtapositions. On dira que la phase alpha c’est la construction de la Tour de Babel et la phase oméga la dispersion, le pluralisme dont parle le Livre de la Genése. .La phase oméga sépare, divise,  en un grand nombre d’entités censées fonctionner de manière autonome. C’est la leçon du Shabbat notamment que de ne pas se laisser aliéner par la machine et plus largement par ce que nous avons appelé la maisonnée.
Le passage de la phase oméga  à la phase alpha  impliquera un tel changement d’optique. Dans un premier temps, on cherche à isoler, à séparer géographiquement,, à éloigner dans un autre espace et dans un second  temps, l’on sera amené à placer certaines populations tout en bas de l’échelle, les réduisant à un statut d’esclaves, de sous-hommes.
On peut ainsi expliquer l »évolution de Hitler par rapport aux Juifs. En phase oméga, il voulait qu’on en  débarassât l’Allemagne, qu’on les plaçât au delà de ses frontières. Puis vint la phase alpha, où le projet se métamorphosa, il ne s’agissait plus alors  de les évacuer mais de les asservir, ce qui fut notamment la tâche des camps de concentration lesquels  n’étaient pas en soi des camps d’extermination mais dont les conditions de vie étaient telles que cela revenait à terme à les anéantir, en en faisant un peuple d’esclaves à la façon dont ils avaient été traités en Egypte  avant l’arrivée de Moïse (cf Le livre de l’Exode)





JHB
07. 12  16

Jacques Halbronn Economie et écologie : diversité des quartiers et grat...

Jacques Halbronn Alternance fascisme et antifascisme au prisme de l'ast...

Jacques Halbronn Réforme constitutionnelle et intégration des données c...

Claire Henrion La Cagouille Céleste

vendredi 2 décembre 2016

jacques Halbronn L'alternance Gauche-Droite principe de réalité et principe de plaisir au prisme de l'astrologie alpha-oméga



L’alternance Gauche-Droite, principe de réalité et principe de plaisir au prisme de l’astrologie alpha-oméga.
par  Jacques  Halbronn
« Aujourd’hui je suis conscient des risques que ferait courir une démarche, la mienne, qui ne rassemblerait pas largement autour d’elle. » (François Hollande, 01. 12 2016)
L’astrologie est-elle en mesure d’intervenir dans le débat politique au lieu de se présenter comme observateur passif.? Il faudrait évidemment pour cela  qu’elle fût écoutée  et d’autre part qu’elle fût assez sûre d’elle-même pour conseiller les acteurs concernés en leur permettant d’anticiper. Mais pour cela, il importe de pratiquer une certaine interdisciplinarité sans laquelle le propos de l’astrologue ne porterait pas., du fait de sa méconnaissance  de la sociologie politique..En fait,  un chercheur se doit d’appliquer son intelligence- dans tous les sens du terme- à l’ensemble du champ  qu’il aborde, ce qui signifie qu’il sera amené à repenser les notions mêmes dont il aura à se servir. Et dans le cas présent, l’astrologue ne pourra faire l’économie d’une réflexion sur ce que signifient ces notions de Droite et de Gauche, laquelle réflexion se devra d’être pertinente en soi, par delà toute considératon proprement astrologique. .
Le sujet s’avère délicat  car il n’est nullement certain que  les représentions qui circulent quant à la Droite et à la Gauche soient  forcément pertinentes., tant les interférences des programmes entre ces deux voies sont évidentes. Force, en effet, est de constater que chaque camp reprend à son compte les thèmes  de l’autre comme dans le cas du « plein emploi ». ou de la laïcité.
Nous emprunterons à Freud la dialectique du principe de réalité et de plaisir, pour qualifier le programme « naturel » de la Gauche et de la Droite, respectivement*. Entendons par là que le discours unitaire, cher à la Droite et à l’Extréme Droite ne nous semble pas correspondre à un principe de réalité, mais basculer vers un certain fantasme articulé sur l’idée du « peuple » (en allemand Vokl Ein Volk, ein Reich, ein Fûhret), d’où le qualificatif de populisme, lequel refuse de diviser, de distinguer, de penser une quelconque dualité quant à la gestion des problémes, avec le refus d’une société « à deux vitesses »…
Face au populisme unitaire actuel, la seule riposte, la seule parade voire la seule antidote  nous apparait comme l’offre d’une véritable alternative. Mais la Gauche est-elle capable de formuler sereinement et clairement en quoi cela consisterait, ce qui correspondrait littéralement à prendre  un contre-pied? En effet, qu’est ce qui s’oppose au populisme, sinon le refus de la démarche unitaire? Or, la Gauche se doit de revendiquer le principe d’une société duelle, comme cela ressort de la distinction entre secteur public et secteur privé, ce que la Droite tend à contester, en voulant  diminuer le nombre de fonctionnaires pour faire des économies et il en est de même d’une mise en question par la Droite  de toute extension- »aggravation » – d’une politique « sociale », quand la Droite entend privilégier l’emploi comme solution idéale sinon comme panacée..
Mais la mise en oeuvre d’un véritable programme « ‘commun » de la Gauche passe par la reconnaissance d’un certain nombre de clivages dont nous n’avons eu de cesse de traiter en d’autres occasions, comme notre critique de la « théorie du genre »,. La Droite est selon nous marquée par un certain déni de réalité, caractérisé  refus d’assumer les différences au profit d’une idéologie unitariste.
On aura compris que nous entendons mettre nos travaux astrologiques au service des enjeux politiques  la prochaine élection présidentielle, sans passer par la pratique d’un quelconque thème astral  de telle ou telle personnalité, ce qui appartient selon nous à l’astrologie de « papa »., en train de faire long feu.
Prendre le contre-pied du programme « populiste » et unitaire des Droits (celle de Fllon et celle de Le Pen), cela signifie  assumer pleinement un réalisme  reconnaissant pleinement la multiculturalité, la diversité des conditions et des statuts. Il faut de tout pour faire un monde. Le slogan que nous suggérons est le suivant  :  pour le respect des différences. Mais cela implique aussi un certain devoir de réserve en prenant le mot dans tous les sens du terme.. Cela passe par l’acceptation de quartiers voués à tel ou tel groupe, comme l’on accepte qu’il  y ait des lieux  préposés à telle ou telle activité, comme les lieux de culte, comme les salles de concert ou de sport.  Il importe de favoriser et de dynamiser la vie de quartier car il importe de favoriser le sentiment d’appartenance non pas tant à la Nation mais à tel ou tel groupe, en évitant absolument  de laisser les individus à eux mêmes.  On pourra, si l’on veut parler de communautarisme et il importe que la Gauche ne suive pas la Droite dans la stigmatisation de ce mot.. On doit  répéter par ailleurs qu’avec les progrès de productivité, l’objectif de plein emploi fera de moins en moins sens, dans les décennies à venir, d’où l’intérêt, d’un revenu universel déconnecté de l’emploi.  La Gauche doit favoriser l’excellence dans la recherche  car elle a autant le devoir de s’occuper des défavorisés que des élltes, et ce dans le respect des différences.
La diversité doit devenir un mot clef du discours de la Gauche et cela  conduit aussi à évter les phénoménes de mimétisme qui conduisent à  imiter un autre groupe que celui auquel on appartient objectivement, selon le principe de réalité posé plus haut. Aui niveau écologique, cela signifie une certain autonomie des quartiers donc la limitation des transports, l’utilisation des ressources locales et renouvelables, ce qui passe par une meilleure connaissance des potentialités de chacun dans le cadre d’une politique de proximité tout à fait compatible avec une certaine idée du socialisme selon la formule  « De chacun selon ses moyens, à chacun selon ses besoins » -que l’on retrouve sous la plume de Karl Marx dans la Critique du programme de Gotha (1875,, publié en 1891). L’énoncé existe (cf Wikipédia) « sous des variantes comme De chacun selon ses facultés, à chacun selon ses besoins ou De chacun selon ses capacités, à chacun selon ses besoins – est un adage résumant de manière générale les principes d’une société socialiste – ou communiste, au sens premier du terme. Apparu sous diverses formes, chez des auteurs comme Étienne Cabet ou Louis Blanc, il connaît une fortune particulière au temps du socialisme utopique, puis dans la pensée anarchiste »
Enfin, laissons à la Droite l’idée d²une identité nationale au profit de ce que nous appellons une identité « impériale » car il est clair que l’idée même de laicité a émergé dans des sociétés multiculturelles, le rôle de l’Etat étant de gérer une telle diversité.  Du fait de ce roman impérial, il devient bien plus aisé d’intégrer des populations marquées par un  colonialisme français à assumer. La France est un des grands empires qui auront marqué le monde depuis mille ans et l’Union Européenne ne saurait être son seul  horizon car la France est surdimensionnée par rapport à un tel cadre.  Il ne s’agit nullement de basculer dans un souverainisme étriqué, replié sur l’hexagone, la « métropole ».  Le passé impérial de la France est ainsi autrement plus impressionnant que celui de l’Allemagne ou de l’Italie modernes, il est  à rapprocher bien plutôt du cas du Royaume Uni et de la péninsule ibérique, soit la façade atlantique du continent européen, ce qui englobe aussi les Pays Bas, au passé impérial également remarquable. On peut ainsi envisager un regroupement de l’Europe du littoral atlantique qui pourrait faire plus sens à la longue que ce que réprésente celui qui concerne l’Europe Centrale et Orientale, dont les réalisations outre Mer sont bien plus médiocres. Cette approche impériale permet également  de  considérer  les autres continents comme relevant de cet impérialisme européen, cela vaut pour les Amériques comme pour l’Afrique et l’Océanie sans oublier l’Inde et l’Indonésie.
En conclusion, il est un certain nombre de tabous que la Gauche devra évacuer: celui du communautarisme et du multiculturalisme, celui d’une société  à deux vitesses, celui du colonialisme. C’est à ce prix, que la Gauche deviendra une alternative crédible, ce qui pourrait lui assurer pour le moins de figurer au second tour des élections présidentielles et d’obtenir une présence importante à l’Assemblée Nationale. En effet,  la période actuelle n’est pas favorable, selon nos calculs à la Gauche mais les temps changent et il n’est pas interdit de penser que d’ici les élections,  l’on n’assiste au début d’un déclin de l’idéologie populiste, tant celle-ci est dans le déni du réel.










02 12 16


JHB

Jacques Halbronn L'astrologie peut-elle contribuer à la clarification ...

Astrosceptiques et réformateurs de l'Astrologie

Astrosceptiques et réformateurs de l’Astrologie Serge Bret-Morel, Jacques Halbronn et al.

L'équipe Scepticisme Scientifique
00:00
00:00



Podcast: Télécharger (Durée: 40:13 — 36.8MB)
Interview: Serge Bret-Morel.



Partager cet article

9 réponses



  1. LG



    LG says:

    Dans la première partie de l’interview, vous tournez beaucoup autour de l’irréfutabilité de l’astrologie, au sens de Popper.



  2. Bret-Morel



    Bret-Morel says:

    Merci Jean-Michel pour cet entretien !
    J’espère moi aussi que nous pourrons approfondir quelques questions ultérieurement.
    J’aimerais juste ajouter à ma réponse de fin d’interview qu’il faut continuer à développer l’analyse critique de l’astrologie aussi parce que
    1) de nouveaux astrologues arrivent tous les jours et que j’ai l’ambition de rendre mon discours accessible à eux aussi (ce qui n’est pas toujours le cas de la critique traditionelle)
    2) il est possible d’innover sur le thème de la critique, comme je le montre dans mon manuscrit bientôt terminé
    3) il est possible de produire de nouvelles connaissances via ces réflexions, notamment dans le cadre de l’histoire des sciences, l’astronomie en particulier. Idem, à voir dans mon prochain manuscrit.
    à LG : oui, bien sûr, pas de fondements physiques = pas de possibilité de réfutation de la « théorie ». Mais y a-t-il vraiment une théorie de l’astrologie ? Je ne le pense pas, car je n’ai pas rencontré de théoriciens de l’astrologie au sens scientifique du terme. C’est-à-dire qui visent à mettre leurs acquis à l’épreuve à la fois de la contradiction et du test plutôt que de chercher toujours à les défendre.



  3. Halbronn



    Halbronn says:

    J’ai trouvé le niveau de débat plus ethnologique qu’épistémologique.
    SBM parle de l’Astrologie. Mais de quelle Astrologie sinon celle qui est connue par le public. Il aborde des problématiques dépassées: on n’en est plus à se demander si les astrs agissent sur nous mais si les hommes les ont instrumentalisés en accordant à certaines configuratiins de leur choix des significations spécifiques. SBM nous décrit une atsrologie en vigueur, ce n’est pas une approche scientifique de l’astrologie, en ce sens qu’il ne revient pas sur la génése de l’astrologie, sur ses déviances, il la prend ocmme un tout, bref il raisonne comme un ex-astrologue et non comme un chercheur qui se demande ce qui peut être mis en avant, ce qu’il faut prendre et ce qu’il faut laisser mais aussi ce qui peut avoir disparu de la tradition astrologique. Une approche très superficielle de la question:!



  4. admin



    admin says:

    Bonjour LG,
    En ce qui me concerne, je n’adhère pas (ou en tout cas je n’adhère plus) en épistémologie à ce qu’on surnomme en philosophie le « falsificationnisme naïf ». Je sais que malheureusement beaucoup de sceptiques en sont encore là, mais cela provient selon moi d’un manque de lectures de la littérature épistémologique.
    Le critère de la réfutabilité est un critère intéressant mais insuffisant, comme l’ont montré les débats ultérieurs à Popper. Pour moi, le critère de la réfutabilité ne peut tout simplement pas s’appliquer de manière évidente à l’astrologie, pour la désigner ensuite comme une pseudo-science. Pourquoi? Parce que beaucoup d’affirmations (ou d’hypothèses si vous préférez) de l’astrologie sont réfutables et ont (de fait) été réfutés! Voir par exemple les expériences réalisées afin de déterminer si les astrologues peuvent décrire en double-aveugle la personnalité des sujets sur base uniquement de leurs dates de naissance, etc.
    Du coup, je ne crois pas qu’on tournait dans la première partie autour de la question de la soit-disant « irréfutabilité » de l’astrologie, puisque je ne pense pas que l’astrologie soit irréfutable. Beaucoup d’hypothèses du programme de recherches de l’astrologie sont réfutables et ont été réfutés.
    Sceptiquement vôtre,



  5. Bret-Morel



    Bret-Morel says:

    Mr Halbronn,
    cet entretien n’était pas un débat, et la question du faux ne relève pas d’une approche ethnologique, mais épistémologique.
    L’instrumentalisation des astres n’est pas une problématique répandue chez les astrologues, seulement chez quelques uns, et et elle amène à tant de contradictions qu’elle n’a pas supplanté les questions traditionnelles. Le but ici n’était pas de discuter des différentes théories de l’astrologie mais de s’adresser à un public qui ne connaît pas forcément le sujet.
    La question des origines de l’astrologie est une question vaste qui sera, je l’espère, abordée une autre fois, elle seule mérite un entretien entier il est vrai.



  6. Subsib



    Subsib says:

    J’ai vraiment énormément apprécié ce podcast, qui donne deux trois arguments sans doute plus à destination des convaincus mais surtout des pistes pour en connaître davantage et faire son chemin dans les arguments. L’intervenant semble vraiment solide sur ces questions, ça donne envie d’aller lire son site.



  7. Cyrstrauss



    Cyrstrauss says:

    Texte de Rémy Chauvin…. qui se passe de commentaires et qui s’adresse aux sceptiques de l’astrologie, ceux qui se croient dépositaire du savoir.
    Rappelons-le Rémy Chauvin était biologiste, entomologiste et professeur émérite à la Sorbonne.
    « Passons sur le problème de Dieu : il est entendu depuis au moins deux siècles qu’il n’existe pas. Nous voilà soulagés. Mais il reste bien des mauvaises herbes dans le champ du père de famille rationaliste. Par exemple, les planètes. Il ne faut pas parler des planètes ; qui parle de planètes est soupçonné d’être astrologue, surtout s’il insiste qu’elles peuvent avoir une influence quelconque sur quoi que ce soit. Mais, me direz-vous, la Lune et les marées ? Sans doute, un rationaliste admettra d’assez mauvaise grâce que la Lune n’est peut-être pas tout à fait inutile pour expliquer les marées. Mais tenez-vous-en là ; il serait malsain de vous demander si, parce qu’elle agite la mer, elle ne pourrait pas non plus agiter les pattes d’une mouche (Brown a cru distinguer une certaine influence des phases de la Lune sur le comportement de divers insectes) ; mais ceci constitue une influence des astres sur le plan biologique, et donc de l’astrologie ! Je ne plaisante aucunement ; moi qui suis du métier, je vous jure bien que si un jeune s’avisait de faire une thèse sur l’influence de la Lune sur les végétaux et les animaux, il aurait tout le monde contre lui, et il faudrait que le travail soit diablement bon pour être admis ; et même dans cette hypothèse, je ne suis pas sûr que la thèse passerait. Donc les influences planétaires son exclues.
    Reste le Soleil. Ce n’est pas une planète mais il a tout de même un passé chargé du côté astrologique. Il n’est pas dépourvu de toute influence sur la terre ; on ne peut pas le nier, il est trop gros. Mais, s’il vous plait, pas de recherches malsaines sur l’influence du Soleil en biologie ! Les taches solaires et leurs variations ? Oui, peut-être ; enfin il est admis qu’elles « font quelque chose » à la Terre. Mais des travaux là-dessus ne sont que modérément recommandés. Il y a tant de belles choses à faire, disent les rationalistes ; pourquoi vous exciter justement là-dessus ? N’auriez-vous pas par hasard des tendances mystiques refoulées et, pour tout dire, astrologiques, embusquées dans votre inconscient ? »
    Commentaire d’André Barbault :
    Ce savoureux brocard de Chauvin montre à l’œuvre le refoulement dont l’astrologie est l’objet. Le savant bien pensant de la communauté scientifique la récuse comme une connaissance périmée, laissée depuis trois siècles sur le bas côté du chemin du savoir établi ; illusion collective abandonnée par l’homme et reléguée au musée des antiquités. Si bien que sa survivance ou persistance est ressentie comme une maladie honteuse de la pensée, reste de gourme moyenâgeuse de mentalité magique à décrasser, de parasite de mentalité primitive à éradiquer, un esprit adulte et éclairé par le progrès des sciences se tenant délivré d’une telle superstition !
    Bien cordialement.



  8. admin



    admin says:

    Bonjour Cyrstrauss,
    Rémy Chauvin était peut-être biologiste, entomologiste et professeur émérite à la Sorbonne (c’est effectivement correct), mais il défendait aussi des options pseudo-scientifiques sur bien des sujets ! J’ai eu l’occasion de lire un de ses ouvrages sur le paranormal (où il couvrait des domaines tel que la parapsychologie, l’ufologie, etc.) et le moins que je puisse dire ait que je n’ai pas été impressionné. Par conséquent, je ne suis pas du tout surpris que l’on puisse trouver une citation de lui en train de défendre l’astrologie. C’est plutôt le contraire qui aurait été étonnant…
    Je pense que le contenu de l’épisode (dont vous ne dites rien) illustre bien que des rationalistes peuvent avoir des réflexions élaborées sur un sujet comme l’astrologie, invalidant dès lors la citation de Rémy Chauvin…
    Cordialement,



  9. Bret-Morel



    Bret-Morel says:

    Je n’avais pas vu ce commentaire, j’y réponds bien tardivement mais ce sera fait.
    L’exemple des phases de la Lune et des pattes de mouche, présenté de la sorte, n’amène rien quant à une influence physique de la Lune. Il faut d’abord envisager une synchronisation, donc une simple corrélation, avant d’envisager une influence qui, du point de vue de la gravitation, amène toujours plus de problèmes que de solutions, en astrologie.
    De plus, le reproche bien connu qu’on fait à cet argumentaire pro astrologie est d’étendre la remarque de la Lune aux planètes qui, jusqu’à preuve du contraire, n’ont aucune influence sur les marées…
    Pour ce qui est de l’influence astrologique éventuelle du Soleil, elle amène aussi à bien des contradictions. La première renvoie aux saisons : le soleil est en Bélier au printemps en Europe mais en automne dans l’hémisphère sud et… autrement dans la zone intertropicale où il n’y a pas 4 saisons. J’avais développé cette question des saisons il y a quelques années sur mon vieux site internet : http://www.lastrologie-et-la-raison.net/voyage_planete.htm
    De plus, même les travaux statistiques des Gauquelin, dont Barbault est fan, ne montraient absolument rien pour le Soleil. Mieux, quand le statisticien Didier Castille a trouvé un lien entre les mariages et la date de naissance (que lui-même ne voulait pas attribuer à l’astrologie), Barbault en était heureux en remarquant justement que les Gauquelin n’avaient rien trouvé de leur côté : « Jusqu’ici, il avait manqué une pièce centrale au dossier de la réhabilitation de notre discipline : le Soleil était absent du jeu.. J’eus plusieurs conversations à ce sujet avec Gauquelin. Celui-ci s’était naturellement étonné d’un non-résultat de l’astre central. » http://www.andrebarbault.com/siecle_stats.htm

jeudi 1 décembre 2016

jacques Halbronn Quelle est la véritable portée de l'aspect d'opposition en Astrologie Mondiale?


Quelle est la véritable  portée de  l’aspect d’opposition en Astrologie Mondiale ?
Autour des grilles d’André Barbault et des nôtres.
par  Jacques  Halbronn  
« La lecture de cet indice est simple. Lorsque le système solaire se dilate dans l’expansion d’un ensemble de cycles ascendants (de 0°à 180°), la   ligne monte et c’est le temps où la société mondiale est en croissance, en développement, en réalisation. Quand il se rétracte avec le retrait d’une dominante de cycles descendants (de 180°à 0°), la ligne baisse et la société mondiale régresse, en proie à ses problèmes » (André Barbault)
Aspect opposition en astrologie
La théorie des aspects occuppe une place absolument centrale pour la pensée astrologique comme l’avait bien compris Kepler et elle prévaut, selon nous, sur la question des planétes et des signes, comme l’avait bien compris André Barbault si ce n’est que delui-ci en décidant
d’ignorer les étoiles fixes aura carrément mutilé l’astrologie. On ne peut en effet faire abstraction du lieu de l’écliptique où se forment certains aspects, comme l’avait bien compris Albumasar, au IXe siècle de notre ère,  avec les conjonctions de Jupiter et de Saturne, dans les triplicités successives, liées aux 4 Eléments, lesquels constituent une classification des signes.
Mais l’erreur d’Albumasar aura été de se servir du zodiaque tropique et non des étoiles pour caler son système.Il distingue ainsi 4  périodes d’environ 200 ans, chacune correspondant à l’un des 4 Elémentrs, vu que les conjonctions sont espacées de 120° environ ce qui les fait retomber dans le même éléments  d’une fois sur l’autre, jusqu’au glissement vers une autre « triplicité ».
Pour Barbault, bien qu’il ait longtemps privilégié un cycle bi-planétaire (comme Saturne-Neptune), à partir de 1967, il va panacher 5 cycles, (Jupiter, Saturne mais aussi Uranus, Neptune et Pluton, soit 3 planétes inconnues de l’Antiquité, ce qui selon nous n’est pas recevable.
En fait, selon nous la théorie des aspects ne  fait sens que dans le cas d’une combinatoire entre un astre fixe et un astre mobile, ce qui évite  des décalages sur l’écliptique de la conjonction, d’une fois sur l’autre.L’aspect est fait pour relier deux points, celui où se situe en permanence l’étoile et celui auquel parvient en un instant T la planéte. Ce qui fait que la question de la précession des équinoxes ne se pose pas puisque l’on ne se référe à aucun moment au point vernal et à ce qui en dérive.
.André Barbault  oppose, dans son indice cyclique (cf annexe ci -dessous) les périodes où la « courbe » plonge, se creuse et celles où  elle remonte. La plongée- la « chute » – de la courbe est fonction du nombre de conjonctions entre les 5 planétes sus nommées et la remontée  à la dissolution des dites conjonctions, ce qui est un événement astronomique bien moins spectaculaire.  On ne reviendra pas ici sur la légitimité d’un tel regroupement de planétes et l’on s’en tiendra à la validité de l’interprétation de la dialectique conjonction/opposition ou plus vaguement conjonction- dispersion des 5 planétes aux 4 coins du zodiaque, ce qui fait étrangement de l’opposition l’ aspect  par excellence  qui contribue à faire remonter la courbe. Or, il semble bien à lire et relire Barbault, que la raréfaction des conjonctions dont le corollaire est l’augmentation du nombre d’oppositions (180°) et pas seulement des trigones (120°) aurait plutôt un effet littéralement apaisant,- on est alors selon la courbe en « phase ascendante »  c’est à dire garantissant une certaine forme de paix, de prospérite (Barbault parle d’accélération positive vers le haut  du graphique  face à une accélération négative, vers le bas).
On retiendra dans le texte ci-dessous le terme « effondrement » qu Barbault associe avec l’idée de conjonction quand celle-ci est démultipliée du fait des 5 facteurs planétaires qu’il met en jeu. Or, il nous semble assez évident que l’effondrement et nous préférerons pour notre part le terme « implosion » correspond à l’opposition et non à la conjonction, laquelle est en principe centripéte alors que l’opposition est centrifuge. D’ailleus, le second document  atteste d’un certain consensus que ne respecte pas Barbault::
« L’Opposition est un Aspect majeur très puissant qui marque la dualité, la séparation, l’Individuation, le conflit, la lutte, l’antagonisme des énergies (parfois accompagnée de Dépression). » Barbault devait d’ailleurs être conscient d’un tel écart avec la « tradition » mais il a du penser que le jeu en valait la chandelle.
Pour nous, la conjonction  permet de « contenir »  et de canaliser les forces qui empécheraient l’union jusqu’au moment, où  à l’instar d’un barrage, où elle n’y parvient plus, du fait d’une baisse de pression des énergies vouées à maintenir l’ordre des choses..
On nous objectera évidemment que Barbault entendait expliquer – à la suite de Gouchon-  les deux grandes conflagrations mondiales survenus au cours d’un peu plus d’un demi-siècle, au moment où ill rédige son livre « Les astres et l’histoire » paru en 1967 mais apparemment déjà prêt depuis quelque temps.(dixit Yves Lenoble lors d’une interview non enregistrée, il y a quelques semaines, au salon Marjolaine 2016). Mais l’on sait aussi que la validation de la dite grille a fait probléme pour les décennies qui suivirent avec rien de comparable au niveau d’un troisiéme conflit mondiale, après la crise de Suez de 1956 et  de  Cuba de 1962, événements antérieurs à la parution du dit ouvrage…. Etrangement d’ailleurs, le point le plus haut de la courbe semble bien  correspondre à la crise des missiles de 1962 soit à un moment de tension assez remarquable.(cf à ce sujet d’ailleurs  la Crise mondiale de 1965 (Paris, Denoël) du même Barbault, paru au lendemain de la dite crise de Cuba, en 1963 et nous ne reviendrons pas ici sur l’échec prévisionnel reconnu par Barbault  quant aux « prédictions » sur le rattrapage prochain alors de l’URSS par rapport aux USA et qui trouvait d’ailleurs quelque vraisemblance du temps du spoutnik, au début des années soixante…Période relativement euphorique dans le camp communiste que ces « Sixties » et sur laquelle Barbault avait imprudemment cru pouvoir parier pour valider ses travaux. Pour notre part, nous ne pouvons nous empêcher de penser que Barbault avait alors décidé de changer son fusil d’épaule, ce qui allait donner naissance à l’indice cyclique qui  propose une toute nouvelle grille, laquelle renonce à toute forme de localisation géographique puisque Barbault semble penser que désormais nous aurions basculé dans une mondialisation des conflits et que le temps des conflits régionaux serait révolu. N’oublions pas que Barbault  est très marqué par l’idée que des temps nouveaux sont advenus (découverte d’Uranus, de Neptune, de Pluton (1930 donc récemment découvert quand Barbault (né en 1921) entre en astrologie), voire Ere du Verseau), ce qui exigerait de nouveaux outils pour le XXe siècle et les suivants. Barbault entend alors présider à une mue du savoir astrologique.
On abordera à présent  la prévision de Barbault pour 1989. Le fait que cette année  majeure dans l’Histoire de l’Europe avait été avancée par lui 36 ans plus tôt l’oblige à en revenir à une astrologie de localisation qu’il avait pensé révolue et appartenir à un autre âge. Il s »agit du cycle Saturne-Neptune dont les conjonctions se refont tous les 36 ans et chaque fois en un lieu différent de l’écliptique, car Neptune n’est pas une étoile fixe.
Selon ce que nous avons exposé l’implosion du bloc communiste de l’Europe de l’Est (Pacte de Varsovie) ne saurait correspondre à une conjonction mais bien plutôt à une opposition, c’est à dire à un desserrement de la dite conjonction. On notera à ce propos  que le trigone (120°) considéré comme un « bon » aspect   semble a priori bien moins bénéfique que le sextile (60°), lequel reste encore assez proche de la conjonction alors que trigone tend à se rapprocher de l’opposition (180°) ! Mais apparemment, ce « détail » semble avoir échappé à la plupart des astrologues. Il eut donc été plus sage de ne pas affirmer que la dite conjonction Saturne-Neptune rendait compte de la destruction du Mur de Berlin et tutti quanti mais il est vrai que Barbault -fidéle tout de même à son indice cyclique- s’en tenanit à l’idée que la conjonction était  un facteur de trouble bien plus que de rééquilibrage, comme nous le pensons, pour notre part.
Bien plus, selon notre propre dispositif, qui associe Saturne et les 4 étoiles fixes royales, en 1989,  Saturne est  en « disjonction » avec  les dites étoiles, très loin de la conjonction,  puisqu’il se trouve à la fin de décembre à 14° du signe tropique du capricorne, soir à distance respectable  d’Antarès à 9° Sagittaire  et de Fomalhaut à 0° Poissons. Cette configuration est assimilable à une opposition, puisqu’elle se situe dans le quart de l’écliptique, ce qui fait qu’il faut tout diviser par 4, soit un chiffre moyen de 45°. En phase de disjonction,  il faut s’attendre en effet à ce que nous avons appelé des risques d’implosion et c’est bien ce qui se produisit à l’Est de l’Europe.
Rappelons la chronologie qui ne s’arrête nullement à 1989 et le mois de décembre 1991 est peut  être encore plus saisissant que celui de 1989 :
  • 8 décembre 91   : dix républiques soviétiques dont la Russie, la Biélorussie et l’Ukraine réunies à Minsk, déclarent que l’URSS n’existe plus.
  • 25 décembre : Gorbatchev met fin à ses fonctions de président de l’URSS. À minuit, le drapeau rouge flottant en haut du Kremlin est descendu.
  • 26 décembre : L’URSS est dissoute par le Soviet suprême, la RSFSR devient la Fédération de Russie. Elle hérite du siège de l’Union soviétique à l’ONU.
  • 31 décembre : Fin des institutions et opérations soviétiques éventuellement encore en cours. (ref Wikipedia)
Saturne en décembre 91 est à  2° du  verseau et donc encore à près de 30° de l’étoile fixe royale Fomalhaut à 0° poissons. Ce démantélement de l’URSS est probablement encore pluisfrappant que les événements qui avaient précédé depuis la fin des années 80. Quant à la conjonction Saturne-Neptune,  Saturne est fin 91  à 2° verseau alors que Neptune est  »resté en capricorne à 15°, soit un décalage d’un deml-signe. En décembre 89,  il n’y avait que 4° d’écart entre les deux planétes.
On a donc là deux grilles: une grille conjonctionnelle à la Barbault pour les années de dislocation du bloc communiste  et une grille de séparation, de disjonction selon l’astrologie alpha oméga, assimilable à une opposition. Le drame de Barbault, rétrospectivement, c’est cette coincidence entre une vraie et une fausse explication qui coincident pour la même période et qui ont pu lui faire croire qu’il avait vu juste, qu’il avait tapé dans le mille!  Cette  pseudo-réussite aura entraîne Barbault dans les 25 années qui suivirent sur de fausses voies et c’est peut être cela le plus terrible. Il est  de ces  réussites qui sont maudites! Inversement, l’indice cyclique reposait sur une bonne idée, assez pionnière, à savoir la volonté de doter  l’astrologie d’un outil d »une très grande économie avec la formation d’une seule et unique courbe ce qui annonce nos propres travaux. Mais le péché originel de Barbault reste bine le déni des étoiles fixes et l’attachement douteux aux planétes lentes transsaturniennes qui ne sauraient en aucune façon remplacer, en dépit de leur lenteur relative- les étoiles proprement dites, sans oublier la conviction profonde chez Barbault qu’il fallait tenir compre de toutes les planétes du systéme solaire, sans exception, ce qui conduira Jean-Pierre  Nicola et son RET englobant 9 planétes (dont le soleil dans le groupe R, ce qui est pour le moins incongru   plus la lune.qui n’est que notre satellite. Et puis, il y a cette gageure de croire que l’on puisse localiser l’impact d’une configuration..
Certes, on pourrait prolonger la réflexion : d’une part, quant à la mise en évidence de cette dialectique conjonction/implosion. Nous sommes actuellement en phase conjonctionnelle, avec  Saturne à 17° sagittaire. On a vu, il y a quelques jours,  les primaires de droite  en France  se prononcer massivement pour  un leader, avec un ralliement des perdants au gagnant, notamment  de la part de Sarkozy.. A gauche, on apprend ce soir que Hollande ne se représentera pas de façon à ne pas-il le reconnait lui-même-  diviser la Gauche, ce qui correspond à une logique unitaire..Le mot d’ordre semble bien être en effet: ne pas diviser. On est là aux antipodes d’une phase disjonctionelle comme celles décrites plus haut et qui aura connu un autre temps fort  en 2011, lors du « printemps arabe » lequel n’est pas sans analogie avec les événements de 89-91, dans une toute autre partie du monde..
Reste le point de départ de l’engagement de Barbault sur la voie de son indice cyclique, à savoir les Deux Guerres « mondiales ».  Nous nous portons en faux quant à l’idée que nous vivrions astrologiquement et politiquement  un autre temps, nous croyons au contraire que
rien n’est nouveau sous le Soleil (Ecclésiaste). Il n’est donc nullement nécessaire de recourir ç des astres inconnus de l’Antiquité  ou de croire que nous serions entrés dans une mondialisation des conflits, ce qui placerait l’astrologue dans une posture apocalyptique  de fin des temps assez  morbide…Quand on analyse les deux « guerres mondiales, on note que pour la seconde, Saturne en mai 45, quand l’Allemagne était à genoux,  à 7° cancer, soit en phase de disjonction, à l’opposition de la position que sera la sienne en 89-91, c’est à dire dans le cadre de notre systéme dans des situations absolument équivalentes.,On notera que le continent européen est en quelque sorte unifié  pendant la plus grande part de la seconde Guerre, du fait du joug nazi alors que la Grande Guerre éclate dans un contexte exactement inverse en période de disjonction avec Saturne entrant en cancer, ce qui conduit à un écroulement de l’Europe.. Autrement dit deux guerres qui se seront déroulées très différemment l’une avec des combats acharnés et l’autre marquée par une domination allemande évidente.
Revenons un instant sur la crise de Cuba et l’on s’étonnera de la façon dont Barbault en aura traité. C’est ainsi que dans un article qu’il consacre au cycle Saturne-Neptune, il évoque le sujet de façon excessivement sibylline  tout en signalant en passant, comme si de rien n’était: que l’on était « au bord d’une troisiéme guerre mondiale ». :
 » Carré (février 1963) : La crise des fusées de Cuba  (…)  Fin octobre 1962 éclate l’affaire des missiles soviétiques livrées à Cuba, Washington et Moscou étant au bord d’une troisième guerre mondiale ».
Or, astrologiquement,  on trouve Saturne  au tout début du signe du verseau, en phase de disjonction, donc d’implosion.(ce qui équivaut à une opposition). Or, dans la courbe de Barbault- comme on l’a noté plus haut, le carré (90°) se situe à mi chemin entre conjonction et opposition, donc en position médiane, soit un signal  relativement faible dans un sens comme dans l’autre. Mais dans son étude sur Saturne-Neptune,  le maximum de croissance de l’indice dans son accélération positive tombe sur 1959-1962, années championnes de la prospérité économique en climat général de paix. »Barbault ne se référe aucunement à son indice cyclique. On peut dire qu’il a plusieurs fers au feu.. Mais le fait même de reconnaitre que l’on était tout près d’une nouvelle guerre mondiale ne fait sens que par référence à son indice cyclique axé sur le phénoméne « guerre mondiale ». mais cette fois un simple carré Saturne-Neptune suffit à la tâche. On est loin de l’hyper-conjonction que Barbault avait signalé pour les deux premières guerres mondiales! Et lisons ce que dit Barbault sur le début des années 60:, il évoque  « le maximum de croissance de l’indice dans son accélération positive tombe sur 1959-1962, années championnes de la prospérité économique en climat général de paix » Barbault bascule ainsi du champ politique vers le champ économique. No comment!

JHB
01 12 2016









Annexe

André Barbault   Pour une réhabilitation de l’astrologie

indice cyclique pour le XXe siècle
Afficher l'image d'origine
indice  cyclique pour le XXIe siècle
.Afficher l'image d'origine

Extrait:
 » Si l’indice cyclique lui-même est un potentiel donné qui a son flux et son reflux, il a comme dérivée l’ampleur de son débit, la charge de son transport. Ainsi, alors qu’il lui arrive de stagner en véhiculant un même volume comme de grossir en phase ascendante, le voit-on s’amplifier dans une chute accélérée de 90° en 1914 (recul massif de 1001° à 911°), et le record séculaire d’un effondrement annuel de 143° tombe sur 1940 ! Double résultat percutant. Ce seront ensuite les pointes négatives de 1952 (bombe thermonucléaire américaine et bombe H soviétique) ; de 1966-1967 (intervention chinoise dans la guerre du Vietnam avec révolution culturelle contagieuse) ; de 1978-1980 (nouveaux chocs pétroliers précipitant la crise économique, armée rouge en Afghanistan, Pologne en ébullition) ; de 1997 ( crise asiatique). Un contraste à remarquer : le maximum de croissance de l’indice dans son accélération positive tombe sur 1959-1962, années championnes de la prospérité économique en climat général de paix. »

Annexe 2
« Astrologue conseil » (Kevin Lagrange)  a publié:dans « Les aspects »:

L’Opposition 180° : antagonisme et

objectivité

L’Opposition Astrologique, correspondances et interprétation :

Une valorisation de ces planètes, de ces signes, de ces maisons, implique que le thème est marqué par les principes de l’Opposition ci-dessous.

L’Opposition : antagonisme, objectivité et structuration

L’Opposition est un Aspect majeur très puissant qui marque la dualité, la séparation, l’Individuation, le conflit, la lutte, l’antagonisme des énergies (parfois accompagnée de Dépression). Elle fait face à la Conjonction en milieu de cycle.
L’Opposition est un aspect de tension dynamique, elle scinde, elle produit un « avant/après », un clivage, un écartèlement psychologique qui oblige à l’action, c’est son pole « agressif ».
Mais l’Opposition représente aussi la complémentarité, les paires d’opposés (le Yin et le Yang), les contraires pouvant être combinés, intégrés et surmontés dans une union, dans cette optique les Aspects d’Opposition peuvent être positivement bien vécus, même « sublimés » dans leur déroulé, si on évite leurs pièges.
Il faut bien comprendre que l’Opposition est un passage obligatoire mais surtout nécessaire à tous processus cycliques, et décisif dans l’évolution psychologique et spirituelle. Elle symbolise « l’objectivité » par opposition à la subjectivité de la Conjonction.
Le principal piège de l’Opposition étant la confrontation qu’elle implique, le natif se confronte et bute sur la dualité (phase nerveuse de passivité, de réflexion et d’analyse, en Opposition appliquante), il reculera peut être, manquant d’expérience (retrouvant en amont une phase de Quinconce), mais y reviendra encore et encore tant que le natif n’intégrera pas cette énergie moteur (tension de l’Opposition exacte) pour la surpasser et poursuivre ce que demande le cycle (phase d’activité, puis de « lâcher prise » et même de renoncement, en Opposition séparative).
En astrologie psychologique, le sens de l’Opposition est à rapprocher systématiquement de la notion de projection. On peut s’identifier à un coté et voir le coté opposé comme extérieur à soi présent « chez les Autres ». Mais le conflit est bien actif à l’intérieur de soi sinon il n’y aurait pas de telles réactions dans cet aspect, un des cotés bride l’expression de l’autre.
La projection intervient ici pour permettre son expression, il vous semblera que les autres vous poussent à agir vers cette énergie ou que la fatalité du destin -en synchronicité- vous force à y faire face, à la subir de vos partenaires.
En fait, une grande part de ce combat se passe en vous, une part de votre personnalité refoulée inconsciente tente un « putsch » pour forcer l’émergence de cette énergie latente à la conscience. Les causes du refoulement peuvent être multiples mais elles impliquent souvent la présence d’un Surmoi très dominant (Saturne, pas nécessairement présent dans l’Opposition mais très valorisé dans le Thème natal).
Le type d’Opposition influe grandement sur la plus ou moins grande facilité à surmonter cet obstacle : planètes impliquées, aspects en présence, dominantes du thème natal, seront autant d’éléments d’importance à prendre en compte pour déterminer la manière de vivre une Opposition. Un égo fort et un thème « dynamique » seront des atouts incontestables pour surmonter et sublimer toute Opposition.
L’Opposition est un aspect fréquent en thème natal, et omniprésent dans les transits. Bien comprendre son mécanisme est capital dans le processus de développement individuel et d’évolution. Sa bonne compréhension évite les erreurs répétitives, surtout les reproductions répétitives de mêmes schémas psychologiques en boucle à l’infini, cas très fréquents malheureusement…
Je finirai en donnant une citation sur l’Opposition de Dane Rudhyar dans son livre « Les aspects astrologiques – Une Approche Basée Sur Le Processus » (un livre incontournable de réflexion sur les cycles) :
« L’Opposition dans le thème natal définit un ensemble particulier d’activités fonctionnelles (les Planètes), de domaines de vie (les Maisons) et de modes d’opération (les Signes) dans lesquels la personne est mise en demeure de se repolariser. »

Conseil pour vivre l’Opposition :

Il faut prendre conscience de l’Opposition manifestée, la prise de conscience est le premier pas préalable nécessaire avant son intégration. L’intégration signifie acceptation et résilience, puis positiver l’aspect et poursuivre la création de la personnalité.
Un travail conscient sur l’énergie éventuellement refoulée est indispensable dans le processus d’Individuation; des Techniques de Visualisation peuvent être utilisées.

Bibliothèque astrologique

Jacques Halbronn Astrologie Repenser l'opposition comme une implosi...

samedi 26 novembre 2016

Deux rendez-vous avec Jacques Halbronn

Deux  rendez-vous
autour  de  Jacques  Halbronn
I      Débat  sur le thème:   l'humanité s'est -elle construite contre la Nature ou en harmonie avec la Nature? A  19h le  28 novembre 2016

Rencontres Philo


À partir du mois d'octobre seront proposés des évènements dans le cadre des Rencontres philo du 3e. D'abord, avec les cafés philo : ces discussions, dialogues et débats conviviaux, interculturels, intergéneérationnels et interconvictionnels sur l'existence humaine et la sociéteé qui auront lieu à la Mairie du 3e. Ensuite, à l'occasion d'un débat à la bibliothèque Marguerite Audoux, animé par Alain David, ancien du Colleège International de la Philosophie, autour de l'œuvre et de la pensée de Schelling, figure de l'idéalisme allemand.
Cafés Philo à la Mairie du 3e arrondissement

lundi 28 novembre 2016 à 19h

Programme disponible sur www.mairie3.paris.fr


II  Soirée anniversaire  du Ier décembre; date de naissance  de Jacques  Halbronn
Cela se tiendra  chez Mathieu Madras (confirmer  SVP  au   01 42 41 38 69)
5, rue de Thionville  75019 Paris   M° Laumière  (ligne 5)
Les participants  à l'anniversaire sont invités à contribuer à la collation par les apports les plus divers.(boissons  et   tartes aux  fruits )

Bonne semaine!:
JHB

jacques Halbronn Gauche et Droite au prisme de l'astrologie allpha-oméga

Gauche et Droite   au prisme de l’astrologie alpha-oméga
par  Jacques  Halbron
Plutôt que d’étudier les thèmes des candidats en vue d’une élection, il serait déjà conseillé de se donner les moyens de déterminer quelles sont les phases cycliques qui sont favorables à la Droite et à Gauche mais aussi de préciser, tant que faire se peut, ce que signifient ces notions d’autant que celles-ci restent assez confuses et que parfois ceux qui se disent de droite défendent des idées de gauche et vice versa.
En vue de clarifier le débat, il nous a semblé  judicieux  de rapprocher la Gauche de ceux que l’on appelait sous la Révolution des Girondins et de rapprocher la Droite de ceux qui étaient surnommés  Jacobins (en l’honneur de la rue Saint  Jacques) On sait que les Girondins pronaient une certaine décentralisation alors que les Jacobins, comme chacun sait, sont portés vers  un certain centralisme.(cf l’article en annexe)
Or, la phase alpha dans laquelle nous nous trouvons du fait du passage de Saturne sur l’étoile fixe Antarés (à 9° Sagittaire) est plutôt centralisatrice et disons-le unitaire.Cette configuration est généralement favorable à la Droite. (entendons par là l’une des 4 conjonctions de Saturne avec les 4 étoiles fixes  royales)
On ne s’étonnera donc pas d’entendre des discours comme ceux de Sarkozy et de François Fillon exiger un effort d’assimilation de la part des minorités de tous ordres au nom d’une certaine idée de la laïcité.  En revanche, un Alain Juppé, maire de Bordeaux, se rapprocherait plutôt avec  son  « identité heureuse », plus tolérante, plus respectueuse des différences, des Girondins, ce qui semble aller de soi, géographiquement.
Mais la question qui se pose est celle-ci: est-ce que la Gauche a un programme correspondant à l’esprit « girondin ». Nous pensons que la Droite est plus obsédée par la question de l’emploi que la gauche, laquelle serait plus vouée aux aides sociales. Or, il se trouve que François Hollamde a jugé bon de mettre la courbe du chomage comme condition pour briguer un second mandat. Cela dit, comme on se trouve en phase alpha, la Gauche n’est-elle pas contrainte de tenir un discours de droite, plus jacobin? On sait qu’il est arrivé à la Droite de tenir des discours de gauche, on se souvient de la « fracture sociale » mise en avant par Chirac.
Le probléme avec les élections, c’est justement qu’elles sont marquées ar le contexte du moment du vote et qu’elles déterminent un mode d’activité sur 5 ans alors qu’entre temps, l’on sera passé de la phase alpha à la phase oméga, autour de la rentrée 2018, soit 18 mois après les élections tant présidentielles que législatives.
Il y a là une aporie que le systéme actuel des élections, de par le monde, n’est pas en mesure de résoudre.  Autrefois, tout de même, il y avait des élections législatives qui ne coincidaient pas avec le septennat d’où diverses « cohabitations » avec Chirac, Balladur, Jospin comme premiers ministres sous un président d’un bord politique opposé. Mais avec le passage au quinquennat, cette soupape de sécurité n’existe plus, ce qui risque fort de favoriser des affrontements en dehors du cadre institutionnel. C’est pourquoi la rentrée 2018 nous semble pouvoir être un moment de basculement qu’il faudra apprendre à gérer intelligemment et donc en connaissance de cause. Il revient à l’astrologue averti de conseiller les politiciens pour qu’ils négocient au mieux un tel tournant.*
Si  l’astrologie alpha oméga était reconnue, il serait probablement possible de faire entendre raison sur la base de graphiques montrant un changement de phase avec les ajustements nécessaires des programmes. La rigidité ici serait mal venue, du genre: nous avons été élus pour mener telle politique et nous nous y tiendrons envers et contre tout. C’est bien là que l’on prend conscience qu’un calendrier électoral qui ne repose que sur une numérologie aléatoire  conduit nos sociétés occidentales à fonctionner sur des sables mouvants  et à construire des châteaux de cartes, à la merci de quelque secousse sismique au regard du fonctionnement des sociétés…
C’est dire que l’astrologue ne saurait ici se contenter de se concentrer sur les élections en elles-mêmes mais a le devoir de fixer des échéances pour les mois et les années qui suivront. Il doit prévenir les populations et les gouvernants et obtenir que les programmes tiennent compte des processus cycliques et que l’on cesse de déterminer des échéances qui ne riment strictement à rien. Rappelons que la phase alpha  favorise les pulsions unitaires alors que la phase oméga va dans le sens de la diversité.
Mais le probléme, c’est que l’astrologie actuelle ne dispose pas des outils appropriés pour mener à bien une telle mission. Seule l’astrologie alpha-oméga est à la hauteur d’une telle prise de responsabilité et il serait bon que la classe politique en prît conscience, et cela le plus tôt sera le mieux.










JHB
26 11 16

Annexe:

Girondins et Jacobins, une bataille encore d’actualité

Publié le 4 avril 2007 par Pierrick Hamon

Dans un excellent article du Monde (23 mars 2007) Xavier Ternisien relevait que le clivage jacobins-girondins ne recoupait pas vraiment la ligne de partage droite-gauche. Bel euphémisme en effet. Ainsi, en guise d’exemple, l’auteur évoque Michel Vauzelle, président socialiste de la Région PACA , dont les propositions hardies pour la régionalisation feraient bondir nombre de ses camarades du PS, et Adrien Zeller, Président UMP de la Région Alsace , pour qui « la droite n’est pas systématiquement jacobine et la gauche systématiquement décentralisatrice ».

 

Xavier Ternisien  aurait pu tout autant évoquer le projet initial de régionalisation proposé par le Premier Ministre Jean-Pierre Raffarin, lequel projet fut victime d’un redoutable lobbying des jacobins de droite et de gauche associés pour l’occasion, on ne l’a alors pas assez relevé. La seule idée que des régions puissent librement choisir une organisation adaptée et, surtout, différenciée en fonction de leurs réalités et de leur histoire, avait provoqué une vraie panique jusque dans les hautes sphères de l’administration française. Ce projet,  en offrant la possibilité pour les régions qui le souhaiteraient, de supprimer ou modifier leurs départements,  ouvrait la porte à un changement fondamental.  Du jamais vu dans un pays où le Conseil Constitutionnel interprète la sauvegarde de l’unité nationale par le maintien d’un modèle uniforme.  Pourtant, en 1793 avec la  République naissante il s’en est fallu de peu pour que la donne soit inversée. L’avenir de l’Europe comme celui de notre pays en aurait été évidement changé. Dans quel sens ?  On ne refait pas l’Histoire, mais…



Ainsi, si le 31 mai 1793, la Convention , cernée par une foule de sans-culottes en armes, n’avait pas voté, par acclamations ( !), l’arrestation des 27 députés Girondins envoyés à l’échafaud, c’est une toute autre conception de l’Etat qui prévaudrait.

Le professeur Jacques Marseille* le rappelle opportunément : « Jacobins et Girondins étaient de la même génération et de la même origine sociale, mais ils avaient une conception différente de la République. Les jacobins rêvaient d’une République idéale et rigide qui imposerait à un peuple immature l’efficacité d’une structure et d’un gouvernement fort. 

Les Girondins par contre, avaient le gout de la nuance et de la contradiction et refusaient de choisir entre l’égalité et la liberté. Partisans d’une vraie décentralisation, ils  voulaient attribuer aux corps administratifs des départements les détails de l’administration intérieure en ne laissant au centre que la surveillance, la sociologie des organisations n’a rien inventé !. Les girondins étaient sensibles aux différences et aux variétés des coutumes qu’ils tenaient comme respectables. Répugnant aux mouvements de rue qui prétendent dicter leurs lois à l’Assemblée élue, ils avaient un profond respect pour la légalité. Fils du siècle des lumières, ils rejetaient tout ce que l’intelligence ne peut expliquer et la volonté dominer. Ayant en horreur  la démesure, ils dénonçaient les extrémistes royalistes et les montagnards. Non moins sensibles que leurs adversaires aux souffrances du peuple, ils voulaient les réduire réellement par la progressivité de l’impôt et surtout par l’instruction publique. Tandis que les Jacobins faisaient preuve d’un antiféminisme forcené, les Girondins défendaient au contraire les droits de la femme et réclamaient que celles-ci puissent être élues représentants du peuple…  On a violé le principe d’égalité des droits, écrivait Condorcet en 1789, en privant la moitié du genre humain du droit de concourir à la formation des lois. ».



Le retour du débat sur la Nation , qui étonne tant nos voisins européens, nous renvoie donc à 1793.  Il conviendrait toutefois de ne pas oublier la responsabilité, certes partagée, mais responsabilité tout de même, des Etats–Nations comme facteurs de division à l’origine des pires totalitarismes et des grands conflits qui ont ensanglanté l’Europe. Ne se sont ils pas constitués en écrasant les identités ? Girondins et Jacobins : le primat des Provinces d’un coté, la puissance de l’Etat-nation de l’autre. Le premier qualificatif frise encore souvent l’insulte…

 

Aujourd’hui comme hier, la même question se pose : peut-on être républicain et penser que des décisions importantes peuvent être prises ailleurs qu’à Paris, et qu’il faut moins d’Etat ? Joseph Rovan, le militant du rapprochement franco-allemand et le bâtisseur d’une Europe des citoyens, pose la question : le centralisme républicain n’est il pas devenu le garant d’une unité fictive, et le protecteur des égalités formelles au détriment de diversités visibles parce que réelles et efficaces ?

Si les valeurs de gauche et de droite demeurent, comment ne pas voir qu’elles ne suivent plus, et pas seulement en France, le clivage politique gauche-droite. La victoire des souverainistes, de droite et d’extrême droite comme de gauche et d’extrême gauche, au referendum sur le traité constitutionnel européen,  renforce l’idée que le vrai clivage ne serait plus aujourd’hui entre gauche et droite mais bien entre girondins et jacobins, entre libéraux et étatistes. La popularité inattendue de François Bayrou, même si elle ne se traduit pas immédiatement dans les urnes, n’en est elle pas l’une des expressions nouvelles ? La bataille des jacobins et des girondins  est assurément plus que jamais d’actualité.



Pierrick Hamon

Jacques Halbronn L'astrologie et l'alternance Girondins- Jacobins. IIe...

Jacques Halbronn Le temps de l'intrusion et le temps du rejet au prism...

Jacques Halbronn La dualité cyclique pour les années 2016-2018 .: ...

jeudi 24 novembre 2016

Jacques Halbronn Astrologie: Evitons SVP les précisons géographiques ...

Noël en Bio Porte de Versailles. 9-12 décembre


Grande Conjonction & AsterCenter

Si teleprovidence.com est le guide de ceux qui cherchent à s'orienter dans le monde des astrologues, grande-conjonction.org avec ses 26 numéros en ligne, à ce jour, est le guide des astrologues à la recherche d'un nouveau visage et d'un nouvel usage de l'astrologie. sous l'égide du Conseil Supérieur de l'Astrologie francophone.(CSAF)
Vous trouverez également sur "AsterCenter"
(site italien animé par Fernanda Nosenzodes) dans la rubrique "articoli internazionali" des textes et réfléxions qui commentent régulièrement les films diffusés sur TeleProvidence et TeleProvidenceHebdo.

Prévisions boursières pour l'année 2010 par Vincent Godbout.

Commentaires généraux et explications en français :
http://hirsig.ca/extra/ExplicF_Godbout.pdf

General comments and explanations in English :
http://hirsig.ca/extra/ExplanE_Godbout.pdf

Les valeurs prédites et les valeurs observées du SP500 de janvier à juin 2010.
The model with forecasts compared to actual SP500 scores from January to June 2010:
http://hirsig.ca/extra/Model2010A_Godbout.pdf

Les valeurs prédites du SP500 de juillet à décembre 2010.
The model with forecasts only from July to December 2010:
http://hirsig.ca/extra/Model2010B_Godbout.pdf

All rights reserved - Tous droits réservés © Ed. La Grande Conjonction, Paris 2008.
Contact: Jacques Halbronn, 8 rue de la Providence, 75013 Paris, France

JACQUES HALBRONN : APPRENDRE A PENSER “SOLEIL – LUNE

Les hommes viennent de la lune et les femmes du soleil……..

Jacques Halbronn nous invite à repenser notre représentation du soleil et de la lune à commencer par le réseau des correspondances associées à cette double matrice. ...
Lire l'article en ligne sur EDITIONS ERIC LE NOUVEL
Commentaires sur le livre : ICI

L'ouvrage majeur sur l'histoire des Centuries de Nostradamus
A télécharger:
Jacques Halbronn. Le dominicain Giffré de Rechac ( 1604-1660) et la naissance de la critique nostradamique au XVIIe siècle
LIEN pour télécharger le livre >>> www.propheties.it

Traitement des coordonnées personnelles:

Notre politique de fichiers par rapport à la CNIL : nous ne fournissons les coordonnées que des personnes ayant fait l’objet d’une vidéo réalisée par nos soins, lors d’un entretien, d’une table ronde, d’un colloque. Le fait d’accepter d’être filmé par notre équipe, soit individuellement, soit collectivement, constitue un accord pour la mise en ligne sur nos supports. Il convient de distinguer les personnes filmées qui sont présentes en tant que professionnelles sur Internet en dehors de nos chaînes et qui attendent de nos services un apport à leur communication et celles qui assistent à nos activités à titre privé et qui peuvent vouloir garder l’anonymat. Cela dit, toute personne souhaitant que certaines informations la concernant ne figurent plus ou soient modifiées ou complétées peut nous en faire la demande à teleprovidence@yahoo.fr. Les personnes souhaitant que des informations les concernant paraissent doivent obligatoirement participer, ne serait-ce que ponctuellement, à nos activités qui s'étendent, sans aucune exclusive, à tout le monde francophone. Nos enregistrements publics sont régulièrement annoncés dans l'Agenda de la Vie Astrologique..

LE Nouvel Ordre Astrologique (NOA) par Jacques HalBronn

Le NOA met en place une certaine hiérarchie, une stratification, une série de phases allant du un au multiple, de l'essentiel au contingent, du permanent au passager... LIRE LA SUITE

Les textes de Jacques Halbronn

Pour découvrir les textes de Jacques Halbronn sur divers supports Internet, aller sur: http://demos.labs.exalead.com/constellations/

Communiqué:


Désormais, Teleprovidence s'ouvre à des contributions vidéo extérieures; nous sommes disposés à mettre en ligne et monter des cassettes mini DV que nous n'aurons pas réalisées. Par conséquent, quand des manifestations astrologiques sont organisées, il est conseillé de les filmer et de nous faire parvenir le travail effectué. Il en est de même pour d'anciennes archives filmées sur divers supports.

Communiqué


Le fait de passer sur notre chaine dans le cadre d'"un enregistrement n'est fonction du versement d'aucune adhésion ni d'aucune participation aux frais. Mais vous pouvez bien entendu nous faire des dons à l'ordre de La Vie Astrologique, 8, rue de la Providence; 75013 Paris. France. Pour convenir d'un rendez-vous sur Paris ou en province, tel 06 60 75 52 48 ou par mail teleprovidence@yahoo.fr


Nous espérons que vous aurez du plaisir à venir et revenir sur ce site. Pour toute information ou commentaire ayez la bonté de nous contacter directement (par email). Et vous pouvez aussi nous envoyer vos propres vidéos ou documents (contactez le webmaster)...